Humeur !
Publié le 8 mars, 2014 www.robert-alfonsi.fr

Apres Cahuzac, Copé. Après Copé, Buisson. La vie politique de notre pays est scandée à intervalle de plus en plus rapprochées, « d’affaires » mêlant la politique, l’argent, le pouvoir avec comme dénominateur commun le cynisme. Quand les citoyens se débattent dans les pires difficultés : le chômage pour trop d’entre eux et les fins de mois difficiles pour le plus grand nombre. Cette succession de petits et grands scandales a de quoi décourager même les plus indulgents d’entre eux.

Nous ne sommes pas loin de la grande fâcherie ce moment de bascule, où la colère et l’écœurement emportent tout.
Bien sûr, je sais que la plupart des Femmes et Hommes politiques, sont dévoués et honnêtes. Que l’armée des ombres » des 500 000 élus locaux s’engage avec désintéressement et par passion de la chose publique. Eux ne sont pas en cause, ni leur moralité, ni leur comportement, mais dans l’opprobre qui touche la politique, nul n’en sort indemne.

L’heure est à la suspicion généralisée, il n’y a pas pire injustice. Nous le devons à la minorité de salopards qui pourrit l’atmosphère.

La colère et le dégout sont palpables mais le pire c’est peut-être le mépris de l’action publique qui mine les fondements de la démocratie représentative.

Il est temps d’en sortir.

CHRONIQUE D'UN
TOULONNAIS ENGAGE